mmexport1524486736321
mmexport1524486759627
mmexport1524486777016
mmexport1524486770516
mmexport1524486780370
mmexport1524486941530
mmexport1524486923626
mmexport1524486935355
mmexport1524486917933
mmexport1524486929399
mmexport1524486695907
mmexport1524486665815
mmexport1524486658254
mmexport1524486669503
mmexport1524486714541

Les Origines

Les fondateurs Ba Tuo et Da Mo

Le temple avait une double vocation, religieuse et comme lieu de préservation et de transmission de la connaissance. D’origine, il était composé d’un sanctuaire, où étaient conservées des reliques sacrées et d’un centre pour la traduction, du sanscrit au chinois, des écrits religieux et philosophiques. 

Ba Tuo 跋陀, fondateur du temple, était un moine bouddhiste Indien. Il est venu en Chine au V siècle, où il a été bien accueilli par l’empereur Xiao Wen 孝文 de la dynastie des Wei du Nord (北魏太和  386 – 534).

Il décida de construire le monastère sur le mont Shao 少室山 de la chaine de montagne Song 嵩山 car, d’après la légende, il estimait que la montagne ressemblait à un lotus, qui est une fleur de bon augure dans le bouddhisme.

Il est devenu le chef de la communauté bouddhiste, et avait plus de 100 adeptes au moment de la création du temple de Shaolin. Par conséquent, Ba Tuo 跋陀 est devenu le fondateur et le premier abbé du temple Shaolin 少林寺.

Ba Tuo 跋陀  était également connu sous le nom de Fo Tuo 佛陀

 

Grâce à Bodhidharma (environ l’an 520),aussi venu d'Inde, Damo en chinois, le bouddhisme Chan (Zen) s’est développé dans les murs du monastère Shaolin. De là, cette philosophie religieuse s’est dispersée dans tout le moyen-orient, en particulier au Japon où il devient le Zen.

Lors de son arrivée au monastère, dans la même préiode que Ba Tuo, il entama une méditation en ermite sur le sommet ouest du mont Shaoshi. Il resta neuf ans isolé dans une grotte. Durant ces années il observa la nature et les animaux, ceux-ci lui ont inspiré les premiers mouvements de méditation active qui sont à l'origine du Kung Fu Shaolin. Les moines du temple étaient faibles physiquement à cause de trop longues heures de méditation statique, ainsi grâce à ces mouvements les moines pouvaient allier méditation et renforcement physique.

Sous l’influence de Bodhidharma et accompagnés par la pensée zen, les arts martiaux se développent et connaissent une progression rapide. Les deux sphères, spirituelle «禅» Chan (Zen) et physique«拳» Quan, sont si bien interconnectées qu’à Shaolin, les deux ne peuvent être séparés. Disciples et moines doivent suivre la philosophie d’unification du Chan et Quan 禅拳合一

  • Facebook